Mélanie et Lulu

Il y a des choses qu’on ne s’explique pas. Le « Pourquoi j’ai acheté Lulu ? » en fait parti. Je me rappelle juste m’être dit que ça n’allait pas être simple. Et étonnement, si. Avec Lulu, ça a été simple et pourtant il revient de loin. Ex-cheval de courses un peu malmené par son premier propriétaire, Lulu est confié à un club où il n’arrive pas à s’adapter. Il est difficile au box, botte et finalement dévisage un cavalier en le mordant au visage. De peur d’un prochain incident, Lulu est mis en vente.

A l’époque, Marine et Sophie me parle de lui. Soit disant, il est fait pour moi. Après trois mois, je me décide enfin à aller le voir ; son précédent acquéreur s’étant désisté. Là, je me retrouve nez à nez avec un pur-sang anglais immense, méfiant, que chaque geste brusque terrifie, qui se plaque dans son box quand on l’approche. Son état physique n’est pas glorieux non plus. Maigre à faire peur et démusclé, je me rends bien compte de l’ampleur des dégâts.

Mais pourtant, je signe. J’ai plus peur de lui que l’inverse. Mais j’y vais. Je mets un point d’honneur à offrir à Lulu une nouvelle maison où il sera enfin bien.

Quatre mois après, Lulu est un autre cheval. Ce même cheval, qui vous accueillait en bottant, m’attend tous les soirs la tête en dehors de son box et henni à mon arrivée. Plus de bataille au box, des séances de pansage sans accroc et surtout un cheval bien dans sa tête et dans ses sabots.

Il me reste encore du travail mais Lulu et moi c’est bien parti pour durer ;)

  • Par :
  • Le 20 octobre 2012 à 21:21